Des étudiants bordelais sont à la rue

Unef Bordeaux
12 octobre 2017
Par Klervi Le Cozic
La rentrée universitaire a eu lieu il y a un mois et demi à Bordeaux et pourtant, entre 500 et 1000 étudiants n’ont toujours pas trouvé de logement.

Face à la pénurie de logement, les étudiants se mobilisent. Ils étaient une centaine hier après midi réunis à l'appel du syndicat UNEF devant l'hôtel de ville de Bordeaux sous ce slogan "étudiants sdf, on dit stop". Et de rappeler ce chiffre : 8 385 logements entiers sont proposés à la location sur le site AirBnb toute l'année à Bordeaux. La mairie s'est engagée à réglementer la location via AirBnB en mars 2018... Un délai trop lointain reprochent les étudiants qui réclament aussi un encadrement des loyers et la construction de logements étudiants. Et ça urge souligne Elisa Révillon, la vice-présidente de l’Unef Bordeaux. « A l’UNEF on reçoit une dizaine d’appel par jour d’étudiants qui nous demandent « comment fait-on pour trouver un logement à Bordeaux ? Il y a des situations extrêmes de gens qui dorment dans leur voiture, dans les bâtiments vides de la fac, ou même à la gare… il y a vraiment des situations violentes, qui ne sont pas visibles mais qui existent réellement. Ce n’est pas normal aujourd’hui de ne pas vivre dignement et d’avoir des partiels qui arrivent et de ne pas avoir d’endroit pour dormir, se doucher et réviser ».

Elisa sait de quoi elle parle. L’étudiante de vingt ans vie depuis trois mois chez des amis. Elle témoigne.

  Écouter le podcast

Clara a 18 ans, elle est venue de Metz exprès pour suivre des études de droit à Bordeaux. Elle non plus, n’a toujours pas trouvé de logement et promène son baluchon, de canapé en canapé, des amphis, au resto U

Écouter le podcast 

HOME STREET HOME

Hier, les étudiants avaient apporté des pancartes pour faire la lumière sur leur situation. « Aujourd’hui, il y a au minimum 500 étudiants qui n’ont toujours pas trouvé de logement or on ne connaît pas toutes les situations. Je pense qu’ils pourraient être un millier s’insurge Elisa. La manifestation d’hier avait aussi pour objectif de fédérer : « en se réunissant faire jouer la solidarité entre étudiants pour que ceux qui ont un appart puissent éventuellement accueillir ceux qui n’en n’ont toujours pas et éviter que certains étudiants se retrouvent dans des situations extrêmes ».