Don de moelle osseuse : « J’ai sauvé une vie »

witfm
13 mars 2018
Par Diane Charbonnel
Un donneur et une greffée originaires de Gironde ont décidé de témoigner pour la semaine du don de moelle osseuse.

C’est en ce moment la semaine du don de moelle osseuse. L’occasion de sensibiliser le grand public à ce don encore peu connu et qui permet pourtant de sauver la vie de malades. Il y a une dizaine d’années, Karine, originaire de Bordeaux, apprend du jour au lendemain qu’elle est atteinte d’une leucémie. Elle a 31 ans. « Le week-end précédent, je faisais la fête en Espagne. Ça m’est tombé dessus comme ça.» Après plusieurs semaines de traitement, les médecins lui annoncent qu’elle devra être greffée pour s’en sortir. Trouver un donneur n’a pas été facile. « Je n’ai ni frère, ni sœur. Il a donc fallu trouver un donneur compatible en France... en vain. Il existe une chance sur un million pour que deux personnes soient compatibles. Un donneur étranger a finalement été trouvé sur le registre international. » Plus de douze ans après sa greffe, Karine est aujourd’hui institutrice et peut travailler à temps plein. Elle pense régulièrement à son donneur qui a gardé l’anonymat. « Il y a quelqu’un qui m’a sauvé la vie, j’ai envie de le remercier tous les jours. »

 

Thomas, originaire de Salles, a lui fait partie de ces donneurs anonymes en 2014. Inscrit sur le registre il a été appelé pour venir en aide à un malade compatible. Après une série de tests et avoir une nouvelle fois donné son accord, le quadragénaire a pu faire don de sa moelle osseuse. Un don qui se pratique sous anesthésie générale. « Vous partez pour deux jours d’hospitalisation. Vous passez une nuit à l’hôpital avant l’opération le lendemain. Vous vous réveillez en milieu d’après-midi avec une petite douleur dans le bas du dos qui n’est pas bien méchante mais qui vous empêche quand même de vous asseoir pendant quelques jours. » Malgré cette petite contrainte, Thomas ne regrette rien. « Vous avez vraiment le sentiment d’avoir accompli quelque chose de fort. J'ai sauvé une vie.»

Six mois après son don, Thomas a reçu une lettre anonyme du receveur qui a pu guérir grâce à lui. « C’est le plus beau cadeau qu’on puisse recevoir. »

Pour en savoir plus sur le don de moelle osseuse et vous inscrire sur le registre, rendez-vous sur agence-biomedecine.fr.